Sports

“Il y a des gens qui n’ont pas beaucoup de mémoire” : Démare, le soulagement

Arnaud Démare ne cache pas souvent ses sentiments. Quand il écrasait le Giro de sa drive il y a douze mois, sa confiance irradiait. A l’inverse, l’absence de celle-ci transpirait de tout son corps sur le Tour de France et surtout sur celui d’Espagne il y a quelques semaines. Quatre mois à attendre le succès, c’est lengthy pour un sprinter et encore plus quand ses objectifs prioritaires se trouvaient dans ce laps de temps. Démare a déçu en 2021 mais sa victoire sur Paris-Tours lui permet de pouvoir en retenir quelque selected. C’était loin d’être gagné il y a peu.

Les larmes n’ont pas coulé sur le podium mais les yeux d’Arnaud Démare, assurément humides, trahissant les semaines et même les mois moveés à douter. Ce fut le premier thème abordé dans son interview post-victoire. “Remporter Paris-Tours avec le milieu de saison que j’ai moveé…, soufflait-il. Il y a eu cet abandon sur le Tour de France (hors-délais sur la 9e étape), cette Vuelta mitigée (une seule 2e place). Je n’ai rien lâché, j’étais toujours là sans gagner. Ma femme a été exceptionnelle. On a tout bien fait pour continuer à y croire. Ce coup-ci ça tourne.”

Paris – Tours

Démare finit 2021 en beauté et sauve sa saison

IL Y A 3 HEURES

Démare a pris ses responsabilités pour s’offrir Paris – Tours : le résumé de sa victoire

Aucun succès depuis fin mai

Quand Démare glisse qu’il était récemment proche de la victoire, on est en droit de le corriger. Cinquième à Isbergues, sixième à Denain, il n’était pas en première ligne. Les Mondiaux, course dans laquelle il a joué l’équipier d’Alaphilippe à la perfection, sont moveés par là, tout comme Paris-Roubaix (34e). Ensuite, ce fut Paris-Bourges où effectivement il a pris la deuxième place mais derrière Jordi Meeus. Un bon sprinter mais pas de la trempe du Démare de 2020. Ou même de la première moitié de 2021 quand il dominait justement ce sort d’adversaire pour glaner huit succès mais aucun sur des épreuves de plus grande significance (zéro levelé sur Paris-Nice).

Pour glaner ce Paris-Tours, une course qu’il avait déjà terminée trois fois dans le Top 5 dont deux au temps où elle était uniquement un repère de sprinters, Démare a fait du Démare. Ce qu’il lui manque parfois de pointe de vitesse, il le compense par la drive. Et c’est son attaque, sur un petit raidard, à 11 bornes du however qui lui a permis de croire encore à la victoire puis de revenir sur le duo de tête, flanqué de Jasper Stuyven, au pédigree solide puisqu’il est le tenant du titre de Milan-Sanremo.

La suite, c’est le Picard qui la raconte, le sourire aux lèvres et un enthousiasme débordant : “On a vite bouché 10-15 secondes, après on stagnait. J’étais un peu à la rupture, je voyais que Stuyven donnait ce qu’il pouvait. On les (Dewulf et Bonnamour) voyait se rapprocher au fur et à mesure. Ils se sont regardés au kilomètre mais je me méfiais de Stuyven qui est rapide aussi. Je voulais lancer de loin parce que je savais que tout le monde était cuit. Sur la résistance, je suis solide.”

L’émovement sur le podium était sincère

Je suis vraiment très heureux, on sait ce que j’ai traversé ces derniers temps, appuyait-il encore un peu plus tard. J’en ai gagné des programs mais celle-là… C’était dur ces derniers mois. Celle-là, je la savoure. L’émovement sur le podium était sincère.” Dans son équipe aussi, les derniers mois ont été difficiles. Marc Madiot n’a pas manqué, au micro de France Télévisions, de s’en prendre à ceux qui ont critiqué son poulain : “Je lis pas mal les réseaux sociaux, il y a des gens qui n’ont pas beaucoup de mémoire. Il suffit de regarder le palmarès qu’il a, il ajoute une belle ligne aujourd’hui donc messieurs vous avez le bonjour.”.

Démare : “Je n’ai jamais rien lâché”

En effet, le palmarès d’Arnaud Démare s’est étoffé ce dimanche avec une 84e victoire (6e whole pour les coureurs en acitivité) et ce Paris-Tours rejoint ses deux étapes sur le Tour de France, ses cinq sur le Giro, ses trois titres de champion de France et bien évidemment la plus belle de toutes, le Milan-Sanremo de 2016. “J’avais peur de me louper. Je n’ai pas eu les résultats escomptés même si c’est ma 9e victoire de la saison, j’attendais mieux“, a conclu Démare. D’autres aussi attendaient mieux mais au moins pour ce dimanche soir, il peut oublier tout le reste et savourer ce beau succès.

Paris – Tours

Bonnamour : “On s’est regardés dans le dernier kilomètre, je suis déçu de faire deuxième”

IL Y A UNE HEURE

Paris – Tours

Démare a pris ses responsabilités pour s’offrir Paris – Tours : le résumé de sa victoire

IL Y A 2 HEURES

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button